© Patrick Lecomte
Chez moi, vie de famille et vie professionnelle sont intimement liées. Il y a plusieurs raisons à cela, mais la première, et sans doute la principale, est que mes enfants ont à ce point bouleversé ma vie qu'à l'arrivée du premier, j'ai opéré un virage sans précédent qui m'a notamment fait reconsidérer mon travail et la façon dont je l'exerçais, en plaçant du même coup la parentalité et l'éducation au cœur de mon projet de vie. Depuis, la famille s'est élargie, les enfants ont grandi, moi aussi, et je savoure chaque jour le bonheur de poursuivre le chemin qu'ils m'ont fait emprunter, un pas après l'autre, sans jamais rien perdre de l'émerveillement initial. Cela fait douze ans à présent que je suis maman. Et presque autant que j'ai rejoint l'équipe de Grandir Autrement. Au cours de ces douze années, je n'ai cessé d'apprendre, d'être surprise et de me surprendre, de cheminer, tantôt avec facilité, tantôt avec peine, parfois même en proie au découragement. Si les difficultés n'ont pas été absentes de mon parcours (quel parent pourrait se targuer de n'y avoir jamais été confronté ?), j'aime considérer cette période de ma vie – qui se poursuit bien évidemment, je ne fais là que me retourner et prendre le temps de faire une pause pour contempler le chemin parcouru – comme une incroyable chance, une expérience unique, fondamentale, indissociable de ce que je suis devenue, m'ayant profondément et définitivement changée. Et ce changement se poursuit, continu, quotidien, incessant. Chaque étape, chaque période, chaque enfant y prend part et m'invite chaque jour à me remettre en question, à poursuivre mon cheminement, à chercher, encore et toujours, la meilleure façon de vivre ensemble tout en respectant l'individualité de chacun, y compris la mienne.

Des bases solides

Du plus loin qu'il me souvienne, j'ai toujours voulu être maman. Petite fille, cela prévalait largement sur le métier que j'imaginais faire plus tard. J'avais moi-même une maman qui exerçait son rôle de maman à plein temps et rien ne me paraissait plus doux que ces moments de partage quotidien, en famille – mon père était très présent également, et j'avais des frères et sœur. Ce cocon dans lequel j'ai grandi a certainement eu une influence sur les choix que j'ai faits une fois devenue adulte et je réalise à quel point ce fut une chance pour moi, et comme cela m'a facilité la tâche. Je n'ai pas éprouvé le besoin de m'opposer à ce que j'avais connu, de trouver ou d'inventer un autre modèle, puisque celui que j'avais reçu m'avait donné toutes les bases nécessaires. Bien sûr, je n'ai pas fait en tous points comme mes parents, je n'ai pas reproduit à l'identique le schéma familial et éducatif qui était le leur, j'ai aussi fait des choix qui m'étaient tout personnels et qui ont parfois été le fruit d'un cheminement et d'une réflexion plus ou moins longs. Mais la confiance et l'estime de soi qu'ils m'avaient insufflées ont été de puissants moteurs dans mon apprentissage de la […]

La suite de cet article est réservée aux abonné·e·s

Choisir une formule
d'abonnement
Je suis déjà
abonné·e

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp !
Saisir votre nom ici svp

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.